Balade autour du Palais de Justice - Quartier Musée des Beaux Arts

Balade autour du Palais de Justice - Quartier Musée des Beaux Arts

Le Palais de Justice donne son nom à ce quartier commerçant établi sur l'emplacement où jadis on trouvait le Clos-aux-Juifs (Maison Sublime). Plus ancien monument juif de France et unique exemple d'école rabbinique d’époque médiévale conservée au monde ; il est acheté pour peu de sous par la ville de Rouen afin d'en faire un marché aux Herbes. Plus tard, le conseil de Ville décide d'élever un bâtiment sur le marché au sein duquel le bailli et le vicomte de Rouen pourront rendre justice. Très vite jugé trop petit pour y tenir séance, le roi ordonne la construction du Palais Royal qui constitue aujourd'hui le centre du Palais de Justice.

Les trouverez-vous ? En façade, on compte nombre de gargouilles, saurez-vous identifier leurs expressions ? Ok on vous donne dans le mille, voyez donc les rires, le bâillement, l'imaginaire et la surprise. Vous nous raconterez, hein ?

Balade autour de la rue Armand Carrel - Quartier Saint Marc

Balade autour de la rue Armand Carrel - Quartier Saint Marc

Armand Carrel, journaliste et historien de son état, fils de drapier à Rouen donne aujourd'hui son nom à l’une des rues les plus en vogue de la ville. Boutiques, marché et platanes ravissent de chics promeneurs. Sorti sous-lieutenant de l’Ecole Saint-Cyr ses positions de gymnaste politique lui valent d’être réformé sans traitement. Traduit en conseil de guerre et condamné à mort pour trahison, il est finalement acquitté et s’installe à Paris où il co-fonde le National : journal d’opposition à celui qu’on appelait l’écervelé, l’aimable et libertin Charles X, Roi préféré d’une noblesse désoeuvrée. A peine plus tard, il protestera contre les ordonnances et appellera les citoyens à s’armer. Rompant avec les cofondateurs du National, il fait de celui-ci un journal républicain. À la suite d’un duel au pistolet avec le Napoléon de la Presse, Émile de Girardin, Armand Carrel meurt en1836 rêvant à République ouverte à tous.

Balade tout autour de Rouen

Balade tout autour de Rouen

Rouen n’a pas toujours été Rouen ! Au fil des siècles, elle change de nom comme de chemise. Quelques exemples ? Ratumacos, Ratomagos, Rotomagus, Rodomo , Rodom, Rothom au Moyen Âge, Ruëm vers 1130, Roüan sous l’Ancien Régime, … L’exotisme ne s’arrête pas là. Oui, l’exotisme. La région peut sembler dépaysante, surtout quand on est un commerçant andalou au Xe siècle, comme Ibrahim ibn Ya’qub : « C’est une ville au pays des Francs (Farandj), bâtie en pierres d’un bel appareil, sur le fleuve de Seine. La vigne et le figuier n’y viennent pas bien, mais le blé et le seigle y abondent. Dans la Seine, on prend un poisson appelé saumon (salmûn) et un autre, plus petit, qui s’apparente, par le goût et l’odeur, à un concombre et se pêche aussi dans le Nil, en Egypte, où on l’appelle ‘ayr. Turrûshî raconte qu’il a vu à Rouen un jeune homme nanti d’une barbe qui lui arrivait aux genoux : en la peignant, il lui avait fait gagner encore quatre doigts de longueur. Avec cela, ses joues restaient peu fournies en poil et il n’avait, à ce qu’il assurait, de barbe que depuis six ans ». La région rouennaise, un repère de hipsters depuis toujours ?

Balade autour de la rue de l'Ancienne Prison - Quartier Vieux Marché

Balade autour de la rue de l'Ancienne Prison - Quartier Vieux Marché

C’est à l’abri des regards pressés que se cache la rue de l’ancienne prison où sont nichées maisons à colombages et lourdes portes en bois sculpté. Il y a fort fort longtemps, l’imposante prison aux cent mille briques fût nommée Prison Bonne Nouvelle. Nombre d’hypothèses circulent quant à l’origine de ce nom quelque peu déroutant. La plus plausible est donnée par Nicétas Périaux qui avance que la Reine Mathilde, femme de Guillaume le Conquérant était en prières lorsqu’on lui annonça la victoire du Duc sur les Anglais. Cette dernière cria « bonne nouvelle ! »  et, désireuse de voir perpétuer le souvenir de cette joie, la duchesse Mathilde voulut que le prieuré portât le nom de  « Bonne-Nouvelle ». Et c’est ainsi que la maison d’arrêt de Rouen, installée aujourd’hui en lieu et place du prieuré, porte toujours ce nom inattendu.

Balade autour de la rue Saint Nicolas - Quartier Cathédrale

Balade autour de la rue Saint Nicolas - Quartier Cathédrale

C’est à une ravissante rue repavée, devenue piétonne et occupée par de bien jolies boutiques, que le n°1 des 26 Nicolas répertoriés dans l’almanach des Saints donne aujourd’hui son nom. Nicolas de Myre, mieux connu sous le nom Saint Nicolas, archevêque et patron des écoliers est fêté le 6 décembre dans un grand nombre de pays européens. Il passe dans les maisons pour apporter aux enfants friandises, cadeaux et pains d’épices. Aujourd’hui encore il ne manque pas de couvrir de cadeaux les enfants sages. Dans certains pays, il vole même la vedette au Père Noël (qui n’a qu’à bien se tenir, c’est la loi du star system). Accompagné dans certains cas par le Père Fouettard qui, vêtu d’un grand manteau noir menace de distribuer des fessées aux  enfants qui n’ont pas été sages. Forts de leur réputation et de leur ponctualité, les Tic et Tac de l’offrande aux enfants sages occupent les esprits des petits et des marchands de rêve tous les ans et ce dès la fin de l’automne.

Balade en direction de la mer - Quartier Saint Vincent / Saint Roch

Balade en direction de la mer - Quartier Saint Vincent / Saint Roch

Le square Saint-Roch, idéal pour se mettre au vert ? Un lieu propice au repos ? Ça a toujours été le cas... Même un peu trop ! Car oui, Roch, ce n’est pas seulement le nom d’une ancienne gloire canadienne... C’est aussi le saint patron des chirurgiens et des apothicaires. On le prie dans les cas de maladies contagieuses. Très à-propos : avant d’être un jardin, Saint Roch accueillait au 17e siècle pestiférés et autres malades mis à l’écart de la population. En 1782, place au repos éternel : l’endroit devient un cimetière. Et oui, avant d’être une étape incontournable entre le centre-ville et la plage, Saint-Roch est en dehors des remparts de la citadelle havraise.

Balade autour de Perret et son centre reconstruit - Quartier Coty / Hôtel de Ville

Balade autour de Perret et son centre reconstruit - Quartier Coty / Hôtel de Ville

Le centre reconstruit, l’œuvre de Perret ? Oui, mais pas seulement. L’architecte parisien est alors âgé de 72 ans. Ce projet de reconstruction quasi-totale, c’est beaucoup pour lui (même en se dopant à la vitamine C). Il constitue son "Atelier de la Reconstruction du Havre" : il trie sur le volet élèves et disciples, quitte à leur faire passer un concours interne. Ca ne rigole pas ! Remarquez, le groupe doit fournir un travail de titans. La preuve ? L’atelier ne propose pas moins de 20 versions de la tour de l’Hôtel de Ville avant que le projet définitif ne soit accepté. Très rectiligne, ce centre reconstruit, non ? Et pourtant, regardez bien…L’atelier a imaginé un bâtiment courbe, un seul. Quel est cet OVNI ? Vous donnez votre langue à l’architecte ?

Balade autour de la rue de Paris les Halles - Quartier les Halles / Saint François

Balade autour de la rue de Paris les Halles - Quartier les Halles / Saint François

Saviez-vous que la rue de Paris est l’artère la plus ancienne de la ville ? Elle existe depuis la création de la cité par François Ier. D’ailleurs, la rue de Paris, anciennement "Grande Rue" servait de voie royale pour relier le port au village d’Ingouville. Durant l’âge d’or de la ville, la rue fourmille de commerces et de cafés. C’est "la" rue où il faut être. Et si, lors de la reconstruction après guerre, Perret emprunte colonnes et chapiteaux au vocabulaire architectural antique, cette voie rappelle davantage la très parisienne rue de Rivoli qu’une rue grecque. Voilà une rue qui, de toute époque, a bien porté son nom !

Balade autour du quartier de l'Eure - Quartier Des Docks

Balade autour du quartier de l'Eure - Quartier Des Docks

Le quartier de l’Eure... L’Eure comme le département ? Non, mais quelle drôle d’idée. Donner le nom d’un département limitrophe à un quartier havrais. Hérésie ! Pas de panique, il ne s’agit pas de lobbying de la part de nos voisins. Ce nom existe depuis les origines de la ville (bouh, les copieurs). Au Moyen-Âge, le port de l’Eure sert à abriter les bateaux quand la marée ne leur permet pas d’entrer dans le port d’Harfleur. C’est dans la fosse de l’Eure qu’est construite le bateau la Grande Françoise, sur ordre de François Ier. Sauf que le roi a les yeux plus gros que le ventre ! Avec sa chapelle, son moulin et son jeu de paume, le navire est si grand qu’il ne pourra jamais quitter le port ! Une partie du bois utilisé pour le navire servira à la construction de maisons havraises.

Balade sur la côte Normande

Balade sur la côte Normande

Là, face à la mer, un cornet de glace à la main, le littoral vous tend les bras. Depuis les galets havrais, au loin se dessinent les contours de la Côte Fleurie. Honfleur, l’ancienne cité corsaire et départ de nombreuses explorations vers les Amériques, n’est qu’à quelques kilomètres. Dans ses ruelles étroites plânent encore les esprits d’Erik Satie et Alphonse Allais. Question célébrités, la Côte d’Albâtre n’est pas en reste… Courbet, Monet, Corot, Delacroix..., les falaises immaculées ont leur fan-club parmi les peintres modernes mais aussi les écrivains. Maurice Leblanc, papa d’Arsène Lupin, n’a-t-il pas caché des trésors dans L’aiguille creuse ?

Filtres